Dans son arrêt du 16 mai 2019, le Conseil d’Etat fixe les limites d’expression et du devoir de réserve applicables à un enseignant du réseau officiel

Dans un arrêt du 16 mai 2019, le Conseil d’Etat rejette le recours formé par Monsieur Yacob Mahi contre la sanction disciplinaire qui lui a été infligée à la suite de la lettre ouverte polémique qu’il a publiée dans la foulée des attentats de Charlie Hebdo. A cette occasion, la haute juridiction fixe les limites de la liberté d’expression et du devoir de réserve applicables à un enseignant du réseau officiel.

Texte de l’arrêt